Home > Zero Yen > Interviews > Interview Purimoko

Interview Purimoko

Nous vous l’avions annoncé dans notre magazine, Purimoko débarque dans les pages de Zero Yen avec un petit manga tout mignon appelé « Bûyoo ». Il nous narre l’histoire de Macaron, une jeune française, qui part au Japon pour la première fois en « homestay » dans une famille japonaise traditionnelle. Chocs culturels, émerveillement et quiproquos seront au rendez-vous.

Pour ne pas rater le début de ses aventures, une seule solution : se procurer notre second numéro de Zero Yen dès sa sortie au mois de Janvier 2012. Mais avant cela, une petite présentation, sous forme d’interview, de notre mangaka préférée s’impose.

Zero Yen (ZY) : Bonjour Purimoko. Pourquoi as-tu décidé de commencer à dessiner des mangas ? Et de plus ici à Marseille ?

Purimoko (P) : J’ai toujours aimé dessiner mais, il y a deux ans, j’ai eu la chance de venir en France, un pays dans lequel les mangas y sont très populaires. J’ai alors pensé que je pouvais essayer de me lancer. Entre ma vision très japonaise de la chose, toutes mes influences et les nouvelles expériences liées à mon nouveau lieu d’habitation, il y avait, il me semble, quelque chose d’intéressant à creuser. J’ai donc commencé à publier des fanzines, tout en me déplaçant dans pas mal de conventions pour dessiner des portraits. Cela me permet de m’exercer, de rencontrer un tas de nouvelles personnes, de les voir heureuses quand je les dessine. Et de savoir exactement les goûts en matière de manga du public français : c’est très enrichissant.

ZY : Quels sont les artistes que tu admires et qui t’inspirent ?

P : J’adore Amano Yoshitaka (ndlr : l’illustrateur officiel de la série « Final Fantasy »), même si c’est très différent de mon style très shôjo et Hayao Miyazaki, que l’on ne présente plus. J’apprécie énormément ses œuvres que je regarde souvent en boucle. En ce qui concerne la BD franco-belge, je suis une fan de « Tintin ». C’est trop mignon.

ZY : Peux-tu donc nous en dire plus sur tes créations ?

P : J’ai publié à ce jour un fanzine du nom de « Majoculas ». Depuis peu, en rencontrant votre équipe, j’ai décidé de commencer une autre histoire : « Bûyoo ». J’espère qu’elle plaira énormément à vos lecteurs, j’attends vos réactions avec impatience.

ZY : Où peut-on trouver tes fanzines ?

P : Pour me contacter et avoir toutes les informations me concernant, rien de plus simple : venez faire un tour sur mon site. Je tiens à préciser aussi que, en général, j’essaye de publier mes œuvres en plusieurs langues : en japonais bien sûr, en français mais aussi en anglais, dans le but de partager ma passion avec le plus grand nombre.

ZY : Tes prochaines conventions ?

P : J’ai déjà participé à plusieurs d’entre elles mais il y a deux événements importants pour moi en début d’année : mon exposition au « Virgin Mégastore » de Marseille (ndlr : rue St Ferréol) du 02 au 31 Janvier 2012 et ma participation à la prochaine « Japan Expo Sud ». Je vous attends sur mon stand pour dédicacer des exemplaires de Zero Yen et, bien entendu, faire les portraits des gens qui le désirent.

ZY : Un grand merci de la part de toute notre équipe qui est déjà fan de ton travail et à très bientôt dans nos pages.

P : (rires) J’espère que les lecteurs de Zero Yen prendront beaucoup de plaisir à lire « Bûyoo ». Passez de très bonnes fêtes et à très bientôt.

Site de Purimoko (en français)

One thought on “Interview Purimoko

  1. Je suis impatient d’avoir le prochain magazine sous la main, pas possible d’avoir quelques planches sur le site web aussi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*