Home > Zero Yen > Interviews > Interview : ADAMS

Interview : ADAMS

Lors du festival Mang’Azur qui se tenait les 26 et 27 avril dernier au Palais Neptune de Toulon, nous avons eu la chance de rencontrer le groupe ADAMS.

Bonjour. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs s’il vous plaît ?

Shota : Je suis Shota !

Adam : Bonjour, moi c’est Adam !

Comment vous est venue l’idée de créer ADAMS ?

Shota : J’ai connu Adam il y a trois ans, il était chanteur et moi producteur. Dès notre première rencontre, nous étions en phase tous les deux. Il m’a énormément intéressé, on s’aime beaucoup l’un et l’autre. C’est pour cela que nous voulions faire quelque chose ensemble. C’est comme ça qu’est né ADAMS.

Quelles sont vos influences musicales et quels sont les artistes qui vous inspirent ?

Shota : Adam et moi, nous aimons et respectons beaucoup Kiyoharu du groupe de visual kei Kuroyume. Il est comme un dieu pour nous ! Au niveau européen, j’écoute pas mal de musique au son électro.

Pouvez-vous présenter le style et le concept de votre groupe, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore votre musique ?

Shota : C’est très simple. Tout le monde connaît Adam et Eve mais le concept d’ADAMS, c’est «Adam et Adam» : cela signifie pour nous l’amour universel, quel que soit le genre. Filles ou garçons, peu importe, l’amour est le plus important.

Le concept de votre groupe est l’amour pour tous. Est-ce une façon de favoriser la promotion de l’homosexualité ou d’utiliser ce thème dans votre travail ?

Shota : C’est une très bonne question. La base de notre travail reste le visual kei, auquel nous avons ajouté cette idée. C’est dans cette optique que nous voulions créer ADAMS. Je voulais mettre en valeur Adam autant pour sa voix que pour son physique. Bien sûr, nous aimons tous les deux ce style de musique. J’ai choisi ce genre mais finalement je n’aime pas ça. (Rire général)

Non mais plus sérieusement, je suis fan des groupes de visu des années 90 mais je ne trouve plus rien de révolutionnaire, ni de nouveau actuellement.

L’industrie de la musique au Japon est énorme. La scène visual kei est, quant à elle, petite mais brûlante. C’est la même chose au niveau du manga avec le mouvement Boys Love. Tout cela nous a inspiré dans notre concept. Pourquoi ? Car nous ne voulions pas d’un groupe comme les autres, nous souhaitions quelque chose d’original, d’intéressant et de novateur.

Votre deuxième album SIXNINE est sorti le mois dernier, pouvez-vous nous en dire plus sur ce dernier ? Quelles ont été vos sources d’inspiration ?

Adam : Notre premier album était Neo Sexual. Le second, SIXNINE, est dans la continuité mais différent. Cependant, les deux se complètent : SIXNINE est plus fantaisiste et compte douze titres alors que Neo Sexual n’en avait que sept. Il s’inscrit encore plus profondément dans notre concept et se veut plus chaud. Si vous avez aimé Neo Sexual, vous allez adorer notre dernier opus.

Votre visuel, que ce soit au niveau de vos vidéoclips ou de vos photos, est très recherché et artistique. D’où vous viennent toutes ces idées ?

Shota : Actuellement, ADAMS est composé de trois acteurs : Adam, moi-même mais aussi Ryota Sakai, notre photographe officiel qui fait un travail remarquable et magnifique. Il a officié sur toutes nos photos et vidéoclips officiels. C’est une personne très importante pour nous.

Vous clôturez cette tournée européenne qui vous a emmené dans 13 pays différents. Que retenez-vous du public étranger et qu’avez-vous ressenti lors de ces concerts ?

Adam : Toutes les personnes que j’ai rencontrées sont très importantes et tout cela va m’aider à grandir.

Shota : C’était vraiment très bien. Nous avons apprécié chaque pays dans lesquels nous nous sommes produits. C’était une grande tournée juste parfaite. (Rires)

Si on vous proposait de refaire la même chose, seriez-vous partants ?

ADAMS : Oui bien sûr, sans problème.

Shota : J’espère en faire une encore plus excitante !

Mis à part les pays dans lesquels vous avez déjà fait des concerts, où aimeriez-vous vous produire ?

Adam : Nous voudrions nous rendre en Roumanie. Nous n’avons malheureusement pas pu y aller cette fois, malgré une forte demande. Nous souhaiterions aussi refaire des shows dans des salles et villes où nous sommes allés en convention cette fois-ci.

Avez-vous des projets dans un avenir proche ? Et comment voyez-vous ADAMS dans le futur ?

Nous allons rapidement réaliser un nouveau vidéoclip pour l’album SIXNINE. Puis nous allons certainement enregistrer d’autres morceaux. Peut-être… (Rires) Nous ne savons pas encore parce que la tournée nous a beaucoup inspiré.

Avez-vous un message à faire passer à vos fans ?

ADAMS : Merci de lire Zero Yen Magazine ! On vous donne rendez-vous l’année prochaine ! Prenez soin de vous !

Zero Yen Media tient à remercier ADAMS pour avoir rendu cette interview possible.

Interview réalisée par Orianne MARQUES VERISSIMO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*