Home > Manga & Culture > Manga > Critique manga : Darwin’s Game vol. 1

Critique manga : Darwin’s Game vol. 1

Des lycéens, des smartphones et un jeu de la mort : ce sont les 3 mamelles de Darwin’s Game, le tout nouveau seinen à paraître aux éditions Ki-oon.

Synopsis

La vie de Kaname Sudo bascule le jour où ces quelques mots à priori inoffensifs s’affichent sur son portable. Il a le malheur d’accepter l’invitation. Aussitôt mordu au cou par un serpent virtuel surgi de l’écran, il est désormais l’esclave d’un jeu impitoyable, le Darwin’s Game, véritable arène urbaine dans laquelle des participants interconnectés via un réseau social s’affrontent dans des duels à mort.

Très vite, le lycéen doit se rendre à l’évidence : même s’il essaie de se soustraire au jeu, ses adversaires, attirés par l’appât du gain et le frisson du combat, sont prêts à tout pour le retrouver…

Avis (attention : contient des spoilers !)

Vendu en exclusivité à Japan Expo sur le stand de l’éditeur (il n’arrivera en librairie qu’à la fin de l’été), le premier volume de Darwin’s Game démarre sur les chapeaux de roues !

En effet, dès les premières pages, on y retrouve Hiroyuki Kyoda en plein combat à mort contre un assaillant invisible, avec son téléphone dans une main et un couteau dans l’autre. En désespoir de cause, il envoie une demande d’aide à son ami Kaname Sudo via son mobile. Mais il est déjà trop tard : le Darwin’s Game vient d’avoir sa peau et sa gorge est tranchée nette dans un feu d’artifice d’hémoglobine.

Malheureusement pour Kaname, le message d’Hiroyuki va le propulser au cœur d’un réseau social implacable et létal. Sans comprendre pourquoi, il va être vite pourchassé par Banda-boy, son premier adversaire, dont le sigil (pouvoir obtenu dans le Darwin’s Game) lui donne la possibilité de se rendre invisible pour mieux abattre ses cibles. Avec la ville entière comme terrain de jeu, le but est d’accumuler des points qui permettent d’asseoir son rang au sein du classement général et d’engranger ainsi le plus d’argent possible…

Surfant sur le succès croissant des jeux mobiles multijoueurs, ce manga se révèle très accrocheur. Pour tout vous avouer, je l’ai lu d’une traite sans m’en rendre compte. Le chara design est propre et efficace, l’histoire débute sur un scénario qui semble solide et bien pensé. Il bénéficie également d’un bon découpage, très dynamique.

De plus, les auteurs FLIPFLOPs (duo constitué de Ginko (ぎんこ) et Yuki Takahata (高畑ゆき) ont le don de nous impliquer immédiatement dans la lutte pour la survie de leurs personnages. Les protagonistes centraux, bien que relativement classiques (des lycéens), se révèlent attachants. Et je peux vous certifier que le tome 1 se termine bien trop rapidement à mon goût…

Métaphore de la théorie de l’évolution des temps modernes à grand renfort de web et de mobilité, ce jeu de Darwin* tient donc toutes ses promesses et devrait être votre achat prioritaire seinen à la fin du mois d’août lors de sa sortie officielle (le 28 pour être exact).

La seule chose qui m’inquiète, au-delà du destin de Kaname, est de savoir quand débarquera le deuxième tome… Vite, vite, monsieur Ki-oon !

*Note : pour information, Charles Darwin était un naturaliste anglais connu principalement pour sa théorie sur l’évolution et l’adaptation des espèces (source : Wikipédia).

Acheter Darwin’s Game – Tome 1 chez notre partenaire Amazon.fr

One thought on “Critique manga : Darwin’s Game vol. 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.