Home > Featured > Interview exclusive : FAKY (2017)

Interview exclusive : FAKY (2017)

Il y a quelques semaines à Tokyo, nous avons eu la chance de pouvoir discuter une deuxième fois avec les demoiselles de FAKY !

(An English version of this interview is available here)

Zero Yen (ZY) : Bonjour et merci de nous accorder une 2e interview ! Cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus et nous avons pas mal de questions pour vous ! Vous avez été très occupées depuis : l’EP Candy est sorti l’an dernier comme premier album physique. Pouvez-vous nous parler de sa gestation ?

Akina : C’est en effet le premier CD à sortir physiquement mais il était seulement possible de l’acheter à nos concerts. Nous pensons qu’il avait un sens particulier pour nous par la façon dont nos fans pouvaient se le procurer. Il contenait aussi les deux premières chansons que nous avons écrites avec la nouvelle formation. Donc cet EP représentait quelque chose de très spécial pour nous.

Anna : Nous pensons aussi que c’etait très cool pour nous de pouvoir rencontrer les personnes qui écoutent notre musique. Nous recevons des commentaires en ligne mais c’est plus sympa de les voir en face-à-face et de leur parler directement. Cela nous tient à cœur.

ZY : Au final, cela vous a pris combien de temps pour le terminer ?

FAKY : Un peu plus d’un an au total. Depuis qu’Akina est arrivée, nous avons dû tout ré-enregistrer et créer de nouveaux sons. Donc oui, environ un an et demi. Nous souhaitions qu’il soit vraiment spécial, pas parce que les gens voulaient que nous sortions de nouvelles choses, mais parce que nous savions ce que nous faisions.

ZY : Je me dois de parler du clip de Candy. Je l’ai beaucoup apprécié, il est très coloré et fun ! Et vos pas de danse sont vraiment cools ! Apparemment, plus d’un million de personnes le pensent aussi sur YouTube. Félicitations !

FAKY : Merci !

ZY : Pouvez-vous partager vos impressions sur le tournage de ce clip ?

Mikako : C’est dans celui-ci que nous avons le plus dansé, tous clips confondus. Nous devions nous produire à un event en soirée (excepté Akina car elle est trop jeune) la veille du tournage et on filmait le clip le lendemain matin. C’était un planning très serré ! Grace à cela, nous avons pu tester nos limites et les dépasser. Mais c’était très fun ! Nous adorons faire des vidéos, c’est très marrant !

Lil’ Fang : En fait, en y repensant, nous nous rendons compte que c’est le premier clip dans lequel nous avions des danseuses. Dans la vidéo de You, elles dansaient puis nous dansions. Nous n’avions jamais dansé toutes ensemble. Dans Candy, nous formions une vraie équipe : nous et les danseuses.

ZY : Peu après, vous avez collaboré avec FEMM et Yup’In avec la formation FAMM’IN. Circle et Animus sont très différentes du son habituel de FAKY. Comment avez-vous abordé ce projet ?

FAKY : Comme vous l’avez dit, c’est vraiment très différent. Nous ne sommes pas FAKY dans ce cas-là. Nous sommes plus spirituelles et essayons de montrer une partie de nous que nous ne connaissons pas nous-mêmes. Il s’agit plus de nous rapprocher de notre côté japonais. Si vous écoutez cette musique, les instruments sont très japonisants. C’est aussi plus mystérieux, il faut vraiment faire attention aux paroles : elles ont un sens très profond. C’est une chose totalement différente pour nous.

Lil’ Fang : J’ai écrit la musique pour FAMM’IN avec une autre artiste qui s’appelle Yup’In. Je souhaitais écrire à propos de sujets sur lesquels FAKY ne chanterait pas ou n’approcherait pas. Je voulais explorer une nouvelle facette des artistes que nous sommes.

ZY : Intéressant ! Alors, que signifient ces paroles ?

FAKY : Circle parle de la connexion avec notre âme intérieure, les paroles sont très spirituelles. Animus traite de l’homme à l’intérieur de la femme et de la femme à l’intérieur de l’homme. Nous expliquons qu’au final, il n’y pas de notion de genre. Comme vous le voyez, c’est très profond ! (rires)

ZY : (rires) J’ai aussi remarqué que vous utilisiez des instruments traditionnels japonais comme le shamisen.

FAKY : Oui. Nous avons aussi utilisé des kanji dans le clip.

ZY : L’été dernier, vous avez uploadé sur YouTube un drama interactif intitulé Are you OK? En tant que musiciennes, je suppose que c’était un défi intéressant à relever. Comment vous êtes-vous préparées ?

Akina : Avant de commencer le tournage de ces épisodes, nous avons suivi quelques leçons de comédie avec le réalisateur. Je n’étais pas vraiment présente dans cette série mais j’ai pu observer les autres s’échauffer avec des techniques de scène. Je me souviens de Mikako en train de pleurer dans la peau de son personnage pour la première fois et j’ai vraiment été impressionnée par la façon dont elle a donné vie à ce personnage. C’était un côté de Mikako que je n’avais jamais vu.

Mikako : C’était la première fois que je me lançais ce défi d’actrice. Au début, je ne savais pas comment m’y préparer. J’ai donc décidé de regarder pas mal de films avant de venir sur le plateau. J’étais très inquiète, je n’étais pas certaine de pouvoir y arriver. Mais en même temps, c’était une période pendant laquelle je voulais essayer des choses nouvelles. À la fin, j’ai été très reconnaissante du résultat.

J’ai dormi tous les soirs avec le script près de moi ! Pendant une semaine, je me réveillais à ses côtés comme si c’était mon partenaire ! (rires) Après avoir vu la série terminée, je me suis dit « j’aurais du faire ça, etc. ». J’aimerais relever ce défi à nouveau à l’avenir en tant qu’actrice ou dans des films.

Le réalisateur était très strict mais lorsque nous étions seuls tous les deux, il me faisait des compliments et me mettait à l’aise. C’est de cette façon, sur le plateau, que j’ai compris que la communication avec l’équipe était très importante.

ZY : Avez-vous des anecdotes du tournage à partager avec nous ?

Akina : C’est un peu gênant mais, comme je l’ai dit au début, je n’avais pas un grand rôle dans la série. C’était juste un petit truc mais à la base, il était prévu que je sois plus présente à l’écran. J’avais une réplique avec Lil’ à mes côtés et on l’a répétée tellement de fois car je n’arrivais pas à prononcer le japonais correctement. Je ne me souviens pas de la réplique en question.

Lil’ Fang : C’était « Mikako, daijoubu? » (Mikako, est-ce que ça va ?) (rires)

Tout le monde : (rires)

ZY : Parlons maintenant de Surrender. Cette chanson est géniale mais trop courte !

FAKY:  Il y a une raison à cela.

ZY : Ah ! Ce n’était pas ma question en fait (rires). Mais allez-y, dites-nous !

FAKY : La plupart des chansons durent plus de 3 minutes, parfois 4 voire 5 minutes. Mais pour celle-ci, nous souhaitions transmettre un message mais ne pas y donner de fin. Nous souhaitions que les gens qui l’écoutent s’inventent leur propre fin, qu’ils choisissent de quelle façon ils allaient avancer après cela.

Le titre raconte le combat pour une chose que vous voulez mais cela ne fonctionne pas et vous vous retrouvez perdu(e) dans le noir. C’est un peu la fin du monde pour vous et vous ne savez plus quoi faire. Nous souhaitions aussi que l’auditeur ressente la vitesse de cette chanson. Nous la voulions très « serrée ». C’est difficile à expliquer avec des mots mais c’était notre but avec Surrender.

ZY : J’ai vraiment ADORÉ ce clip ! Il est très avant-gardiste ! Quelle inspiration se cache derrière celui-ci ?

FAKY : Nous souhaitions qu’il nous rappelle la musique des années 1980. Nous aimons vraiment et respectons la musique qui a été créée avant notre génération. Quand nous sommes dans cette petite boite à l’écran, nous avons utilisé un objectif fisheye pour vraiment montrer que nous étions coincées quelque part. Ensuite, il y a une transition vers une grande pièce ouverte dans laquelle nous dansons. Et comme nous l’avons dit précédemment, nous voulions que la vidéo soit très « rapide ». C’est pourquoi elle a été montée de façon à ce que vous puissiez « voir » cette vitesse en la regardant.

ZY : Ensuite, vous avez sorti le clip de Someday We’ll Know au mois de mai.

Akina : Il est différent du clip de Surrender. Dans Surrender, tout était très flashy et vous ne pouviez pas vraiment vous concentrer sur nous très longtemps. Au contraire, nous souhaitions mettre plus de focus sur nous dans la vidéo de Someday We’ll Know : il y a des plans plus longs sur nos visages et vous pouvez un peu mieux voir nos émotions avec nos expressions faciales.

Anna : Il y a une scène où nous marchons et nous nous amusons : nous sommes vraiment nous-mêmes à ce moment-là ! On ne nous a pas demandé de faire quelque chose en particulier : quand nous faisons le truc un peu bébête de l’avion et en rions, c’est vraiment nos personnalités ! Nous voulions montrer un côté plus humain que dans Surrender, qui était plus un concept artistique. Someday We’ll Know était plus détendu et naturel.

ZY : Someday We’ll Know avait son propre caractère, très estivale et fraîche. Comment décidez-vous du type de chorégraphie à adopter pour chaque titre ? Est-ce que certaines routines sont plus adaptées à certains styles de chansons ?

FAKY : Bien entendu, nous n’allions pas danser du hip-hop dans ce clip ! (rires) Nous avons une chorégraphe pour nos danses. Bien que nous ne créons pas nous-mêmes nos chorégraphies, nous discutons de ce que nous sommes plus à l’aise de faire avec elle et nous décidons ensemble ce que nous allons montrer à notre public.

ZY : Donc le truc de l’avion, vous l’avez ajouté vous-mêmes ?

FAKY : Nous l’avons soumis à notre chorégraphe et elle n’était pas sûre que ce serait bien au début. Mais la chanson parle de voyage et d’aller quelque part, d’atteindre une destination. Nous avons donc pensé que ce truc serait parfait pour ce style de musique.

ZY : Parlons maintenant de Unwrapped, votre premier mini album majeur, qui est enfin sorti en juin ! Je sais que ça a été un travail de longue haleine pour qu’il soit enfin disponible. De quoi êtes-vous le plus fières sur ce CD ?

Lil’ Fang : Je suis très fière du temps que nous avons passé à préparer cet album. Comme vous l’avez dit, en général, les gens se pressent et passent à la suite rapidement mais je suis fière que nous ayons pris le temps afin qu’il soit fin prêt. Nous souhaitions concocter quelque chose qui avait du sens pour nous et qui parlerait à notre public mais qui soit aussi du bon travail. Et je remercie notre staff qui a attendu patiemment avec nous le bon moment.

Anna : Ce n’est pas seulement un CD, c’est tout notre cœur. Il se devait d’être personnel.

ZY : Comment les fans ont réagi à cet album ?

FAKY : Nous pensons qu’ils se sont dit « enfin !! » (rires) Certains d’entre eux perdaient peut-être patience mais, comme l’a dit Lil’, nous sommes contentes que la plupart d’entre eux aient su patienter. De notre point de vue, nous souhaitions que les gens comprennent que nous y travaillions très dur. Les petits détails qui seraient important plus tard nous tenaient à cœur.

Lorsque l’heure de la sortie est arrivée, nous avons pensé que les auditeurs allaient se rendre compte de la qualité de ce long travail et que tout ce temps passé n’a été que bénéfique. Beaucoup ont dit que le résultat valait le coup d’attendre et ça nous a touchées. Bien sûr, nous ne voulions pas les faire attendre mais nous souhaitions ce qu’il y avait de mieux pour cet album.

C’était cool car lorsque nous avons posté les vidéos des membres sur YouTube (où vous avez vu Akina pour la première fois), nous avons utilisé la chanson Keep Out et tout le monde disait « Où est Keep Out ?! Quand est-ce qu’elle sort ?! » (rires) Pour nous, plus l’attente était longue, plus nous pensions que le résultat serait apprécié. C’est un peu comme tomber amoureux d’une certaine façon (rires).

ZY : En août, Chase Me a été annoncée et c’était une chanson pour accompagner un anime de Gundam. Elle est très old school, dans le style du hip-hop du début des années 1990, avec ces samples. Quand pourrons-nous ecouter le titre en entier ?

FAKY : Elle devrait sortir en single numérique bientôt. Mais nous la chantons lors de certains concerts. Nous l’avons jouée pour la première fois au festival Summer Sonic en août. (note : la chanson est sortie fin octobre et cette interview réalisée en septembre)

ZY : C’était la première fois que vous sortiez une chanson pour un anime, non ?

FAKY : En fait, nous en avions déjà fait une avec les anciens membres. Et Lil’ en a fait une avec le groupe BACK-ON. Donc techniquement, c’est la troisième fois. La plupart des gens pensent que c’est la première fois. Mais, à nous quatre, oui, il s’agit bien de la première fois !

ZY : SUGA SWEET est sortie récemment, elle est produite par DJ Fresh et écrite par BB Diamond. Encore une fois, c’est un son un peu différent pour FAKY, très drum and bass. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration ?

FAKY : C’était un honneur pour nous de bosser avec DJ Fresh parce que nous avons toutes écouté ses chansons par le passé, comme celles de Rita Ora. Quand nous avons appris que nous allions travailler avec lui, nous étions super excitées ! Nous avons entendu la chanson et l’avons tout de suite adoré. SUGA SWEET rappelle les festivals musicaux qui ont lieu en été et nous savions que nous allions la jouer aux Summer Sonic et A-Nation (note : des festivals estivaux au Japon). Nous voulions une chanson que nous pouvions partager avec le public. D’habitude, ils nous regardent chanter mais cette fois-ci, nous voulions qu’ils dansent avec nous.

ZY : Au fait, vous faites quelque chose de particulier comme danse sur cette chanson ?

FAKY : C’est la première chanson qui utilise une serviette ! Cela peut paraître futile mais nous sommes très excitées par cette idée ! Et c’était parfait car le titre venait juste de sortir ainsi que nos serviettes. Le timing était parfait ! (note : les serviettes aux couleurs des groupes/artistes sont très prisées au Japon et font partie du merchandising vendu habituellement aux concerts)

ZY : C’était comment le travail avec des musiciens européens ? Était-ce la première fois pour vous ?

FAKY : Ce n’était pas la première fois. Plusieurs de nos chansons ont été écrites en partie par des étrangers. Mais c’était clairement la première fois que nous travaillions avec DJ Fresh ! (rires)

ZY : Maintenant, parlons de votre premier concert à venir ! Avez-vous quelques détails à partager avec nous ? (note : l’interview s’est déroulée en septembre, avant le concert)

FAKY : Cela compte beaucoup pour nous, c’est notre premier vrai concert et, au Japon, c’est un gros truc. Bien entendu, nous ne voulons pas gâcher la surprise mais il y a une chanson que nous avons de côté depuis longtemps. Elle nous représente bien alors nous espérons que le public l’aimera aussi. Et il y aura de nouveaux titres ! Tout cela sera nouveau pour nous. Ce sera le concert le plus long que nous avons jamais fait. Nous voulons que le public soit emporté dans notre univers. Nous en parlons en ce moment, nous passons beaucoup de temps à discuter du style de concert que nous voulons faire. C’est un peu notre but actuel.

Akina : Je pense que nous sommes toutes très nerveuses mais, être dans une pièce avec tous nos fans et chanter pour eux, ce sera la meilleure des choses ! On se sentira à la maison, ils ne vont pas nous juger et je suis confiante sur le fait que nous allons faire un bon concert, en sachant qu’ils seront là pour nous soutenir à 100%.

Anna : Nous avons fait un event en juin pour la sortie de Unwrapped et c’était un concert rempli d’émotions ! Tout le monde était en pleurs lors de la dernière chanson ! (rires) Cela comptait beaucoup pour nous alors nous savons que pour le prochain, Akina pleurera toutes les larmes de son corps ! (rires) Nous voulons que beaucoup de gens viennent, cela va être un jour très particulier et nous souhaitons partager ce moment avec tout le monde.

ZY : Et je parie que ce sera aussi un challenge physique de danser et chanter pendant plus d’une heure et demie non-stop !

FAKY : Ce qui est marrant, c’est que, lorsque nous sommes sur scène, même si c’est très fatigant physiquement, nous trouvons le courage de continuer. Nous avons toute cette adrénaline en nous et nous ne pensons pas à la fatigue. On s’amuse et on profite du moment présent. Nous essayons toujours de donner le meilleur de nous-mêmes.

ZY : En parlant de concert, vous avez des rituels avant de monter sur scène ?

FAKY : Oh oui ! Nous avons ce truc douloureux : une tape sur les fesses ! (rires) On se rassemble et notre leader adorée Anna nous prodigue des mots d’encouragement. Puis elle décompte à partir de 3 et on se donne toutes cette petite tape ! Et celles d’Anna et Mikako sont les plus violentes ! (rires)

ZY : En restant sur les live, vous faites pas mal de vidéos en direct sur Instagram et LINE LIVE ces derniers temps. Comment vous planifiez tout cela ? Est-ce aléatoire ?

FAKY : D’abord, on voulait essayer Instagram live. Donc on en faisait avec 2 membres à la fois chaque semaine. Puis on s’est dit que LINE LIVE serait mieux pour nos fans japonais car la majorité de notre public est japonais. Maintenant, tous les week-ends, chaque membre fait son LINE LIVE. Nous voulons simplement communiquer avec nos fans. Nous pensons que le streaming en direct est le mieux car on peut lire les commentaires en live et y répondre.

Pour Instagram live, on le fait sur notre temps libre, quand nous en avons envie. Donc il n’y a pas de jour ou d’heure précis. Ce sont des outils de communication et ils sont importants. Parce que sans les fans, nous ne sommes rien ! (rires)

Anna : Est-ce vous pouvez regarder LINE LIVE à l’étranger ?

ZY : Oui, tout à fait. Je vous ai regardées plusieurs fois. La dernière fois, vous étiez toutes les quatre je crois bien ?

FAKY : Ah oui, c’etait à notre hôtel ! Puis Akina s’est mise à pleurer car elle croyait qu’il y avait un fantôme dans l’hôtel ! (rires)

ZY : Allez, on va passer à des questions un peu plus personnelles ! (rires) Quels sont vos plats préférés ?

FAKY : On adore parler de nourriture !

Anna & Akina : On sait déjà ce que Mikako va dire ! (rires)

Mikako : J’adore vraiment la viande ! Et les glaces ! Et le chocolat ! Mais seulement en journée, rien de tout cela après 18 heures.

Anna : Je pense que je mange assez sainement. J’adore la salade. Mais mes petits plaisirs, ce sont la pizza, les glaces et le pain, du style baguette. J’adore l’extérieur craquant et l’intérieur tendre.

Akina : En fait, c’est assez drôle de voir Anna sortir une baguette de pain énorme de son petit sac à main ! (rires) Je ne crois pas pouvoir choisir quelque chose en particulier ! J’ai grandi aux États-Unis, ma nourriture préférée est américaine : de la pizza bien grasse, des burgers, des frites ou bien n’importe quel type de pommes de terre. En fait, j’ai un snack préféré : ce sont les Hot Cheetos (note : biscuits au fromage salés et épicés d’apéritif).

Anna : Vous ne verrez jamais Akina manger quelque chose de sain ! Ce n’est pas possible ! Elle ne mange que de la junk food ! (rires)

Lil’ Fang : Mon plat préféré dépend de mon humeur. Je mange beaucoup de daifuku (note : pâtisserie japonaise faite à base de pâte de riz et de haricots rouges). En ce moment, j’aime beaucoup le pudding ! J’en fais moi-même, j’essaie plein de recettes. Je cuisine beaucoup.

ZY : J’adore la pizza aussi ! Akina, tu préfères les pizzas new-yorkaises ou italiennes ?

Akina : J’aime les deux mais en fait, il y a plusieurs endroits sur Tokyo qui vendent de la pizza new-yorkaise. Et vous pouvez me voir très souvent là-bas ! (rires)

ZY : Quels plats recommanderiez-vous à vos fans ?

Anna : Je dirais, si vous venez au Japon en tant que touriste, allez à Tsukiji (note : célèbre marché aux poissons de Tokyo) et goûtez du poisson frais. C’est très japonais et ils ont de très bonnes choses là-bas.

Lil’ Fang : Il y a un restaurant qui s’appelle Ootoya, il en existe un peu partout au Japon. Vous pouvez y manger de la bonne cuisine japonaise et les prix sont raisonnables. Je recommanderais aussi le sukiyaki et le shabu shabu.

ZY : Même question concernant vos endroits préférés au Japon.

Anna : J’ai beaucoup aimé Kyoto : c’est très japonais, il y a des temples et sanctuaires traditionnels. C’est très beau et propre. Il y a une ambiance très classe aussi je trouve. C’est très paisible, vous pourrez être en contact votre âme là-bas. Nous avons eu le temps de visiter Kyoto et y avons pris de belles photos.

Akina : Je crois que mon lieu favori est Hokkaido. J’ai vu de la neige pour la première fois là-bas, c’etait très palpitant pour moi ! (étant originaire du sud de la Californie) Nous y sommes allées pendant les mois les plus chauds et je me suis rendue compte que c’etait très verdoyant. J’ai vraiment aimé la nature d’Hokkaido.

Anna : Et la nourriture est très bonne !

Mikako : J’adore Fukuoka ! C’est la ville dans laquelle j’ai grandie et la nourriture est super. J’habite à Tokyo depuis plusieurs années maintenant, je m’y sens à l’aise mais si je pouvais repartir, j’irais à Fukuoka.

ZY : J’ai mangé mes toutes premières ramen à Hokkaido, dans une ville qui s’appelle Otaru.

FAKY : Hokkaido est le meilleur endroit pour manger ses premières ramen ! Depuis notre voyage à Hokkaido, nous apprécions encore plus la nourriture ! Leur soupe au curry est aussi très bonne. Les légumes et le poisson sont très frais là-bas.

ZY : Je sais que vous n’êtes pas (encore !) venues en France mais que souhaiteriez-vous y visiter ?

FAKY : La Tour Eiffel !

Anna : Et manger du pain ! (rires)

ZY : Je serais curieux de savoir ce que vous écoutez en ce moment.

Anna : Sam Smith ! Il vient juste de sortir son dernier single Too Good at Goodbyes aujourd’hui !

Akina : J’aime beaucoup un rappeur qui s’appelle XXXTension en ce moment.

Lil’ Fang : J’aime le groupe The Royal Concept, originaire de Suède. J’aime bien les groupes en général.

Mikako : J’écoute Kehlani en ce moment. Elle a aussi participé au festival Summer Sonic.

ZY : Nous avons presque terminé mais pouvez-vous dévoiler un petit secret vous concernant ?

Anna : Ah, je sais ! J’ai découvert ça récemment ! J’adore tellement l’été mais je me suis rendue compte que mes mois préférés étaient septembre et octobre. J’adore ce temps. C’est une atmosphère un peu triste que j’adore. Je pense que pas mal de gens ne le savent pas car ils pensent que je suis fan de la saison la plus chaude.

Akina : Je n’ai pas de secrets mais je peux faire des trucs bizarres avec mon corps ! (rires) Par exemple, je peux applaudir d’une seule main ou tenir en équilibre sur la pointe de mes doigts de pieds. Peu de gens le savent !

Lil’ Fang : Ce n’est pas vraiment un secret mais j’ai perdu 10 kilos depuis la sortie de la chanson Candy.

Mikako : Je n’ai aucun secret !

ZY : Dernière question : avez-vous un message que vous souhaitez transmettre à tous vos fans ?

FAKY : Merci beaucoup pour votre soutien sans faille, nous ne serions pas là sans vous. Vous êtes venus régulièrement à nos concerts, cela nous touche beaucoup ! Étant basées au Japon, nous n’avons pas eu l’opportunité d’aller à l’étranger et de faire un concert pour nos fans étrangers, ce que nous voulons vraiment faire. Au Japon, nous ne pouvons pas rencontrer tout le monde. Mais parfois, certaines personnes viennent et nous disent qu’ils sont français comme vous ou d’un autre pays du monde. Cela nous fait très plaisir, vous nous donnez la force de continuer.

Même les commentaires que nous recevons sur Twitter ou sur les autres réseaux sociaux, nous les lisons tous ! C’est un peu un de nos secrets ! (rires) Bien sûr, nous ne pouvons pas répondre tout le temps à tout le monde mais nous faisons de notre mieux. Vous avoir à nos côtés est le meilleur des soutiens que nous n’avons jamais pu imaginer ! Merci beaucoup !

Nous allons travailler dur pour pouvoir venir vous voir un jour. Nous créons de nouvelles choses actuellement, nous essayons de nouveaux trucs. Alors, restez fidèles et nous espérons venir vous voir tous très bientôt !

ZY : Merci beaucoup pour cette interview, nous espérons vous revoir bientôt !

FAKY : Merci !!

***********************************

FAKY sur Internet

Site officiel
Twitter officiel / Anna / Akina / Mikako / Lil’ Fang
Page Facebook officielle
Chaîne YouTube
Articles sur Zero Yen Media

***********************************

Remerciements

Un très grand merci à Anna, Akina, Mikako et Lil’ Fang pour leur gentillesse ! J’ai passé un très bon moment en votre compagnie lors de cette interview, on s’est bien amusés !

Un merci tout particulier au management de FAKY ainsi qu’à Avex Music Group de m’avoir permis de les rencontrer et d’écrire cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*