Home > Jeux vidéo & High-tech > Jeux vidéo > Le déclin du jeu vidéo japonais – 3

Le déclin du jeu vidéo japonais – 3

Troisième et dernière partie du dossier consacré au jeu vidéo japonais. Pour ce dernier chapitre, abordons le futur avec l’arrivée des 3DS, PlayStation Vita et autres Wii U.

Quel futur alors pour le jeu vidéo japonais à l’heure d’aujourd’hui ?

À un contexte économique morose mondial s’ajoute le désastre récent qu’a connu le Japon : tout cela fait que le marché du jeu vidéo risque d’en pâtir à long terme.

La génération actuelle est bien partie pour durer plus de 5 ans, les remplaçantes de la PS3 ou Xbox360 ne risquent pas d’arriver tout de suite. Le public n’a pas forcément les moyens de racheter une nouvelle console et les développeurs ont de plus en plus de problèmes dû aux coûts énormes nécessaires pour produire un jeu moderne. Le public japonais se différencie du public occidental et ce sont les portables qui constituent le gros du marché dans l’archipel, comparé au succès continu des consoles de salon en Occident.

Le marché des portables en pleine révolution

La Nintendo 3DS succède à la DS mais rate son lancement au début de l’année : trop chère, dotée d’une faible autonomie et de peu de jeux au lancement. Elle a du mal à convaincre malgré l’attrait de la nouveauté.

L’effet 3D ne convainc pas vraiment les acheteurs mais une baisse de prix rapide semble avoir relancée la console. Malgré tout, l’ajout d’un accessoire pour intégrer un deuxième stick analogique donne l’impression que la machine a été lancée trop vite. Espérons que le riche catalogue de Nintendo lui permettra d’être le digne successeur de son illustre héritière.

Un nouveau concurrent

D’ailleurs sur cette génération, Nintendo aura certainement plus de mal à imposer sa portable. Souffrant toujours de la concurrence de Sony avec la PlayStation Vita (console bien supérieure techniquement), la 3DS devra faire face à un nouveau venu Occidental : Apple.

Son smartphone, l’iPhone, connait un grand succès depuis le retour de Steve Jobs aux commandes de la société (aujourd’hui remplacé par Tim Cook) et les éditeurs sont de plus en plus nombreux à proposer des jeux sur cette plateforme. Les jeux sont abordables (entre 1$ et 10$) et les différents modèles du téléphone ayant dépassé les 100 millions de ventes.

De plus, Apple pourrait bien un jour aussi se lancer dans le marché des consoles de salon. Nintendo, quant à lui, a reçu un accueil mitigé avec la Wii U, nouvelle console plus puissante et dont la nouvelle manette est justement une sorte de tablette tactile.

Les nouvelles consoles de Nintendo arriveront-elles à convaincre ou souffriront-elles de la concurrence d’Apple ?

Un nouvel espoir

Mais, en ce qui concerne les développeurs japonais, l’espoir de les voir briller subsiste. Level-5, avec la série des Professeur Layton ou Inazuma Eleven, aura su créer de nouvelles franchises populaires aussi adaptées en manga et film d’animation. Le petit studio qui monte travaille d’ailleurs sur la nouvelle série Gundam, le mastodonte de l’animation au Japon.

Quand aux éditeurs actuels l’heure est à la remise en question.

Square développe une suite à FFXIII inspirée par la liberté des jeux occidentaux et a connu un beau succès avec Chaos Ring sur iPhone.

Konami prépare un nouveau moteur multi-plateforme prenant certainement exemple sur le MT Framework de Capcom.

L’avenir des studios japonais viendra certainement de plus en plus des machines portables mais également d’une perpétuelle remise en question leur permettant de s’inspirer de l’Occident qui a dorénavant assimilé la formule du succès japonais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.