Home > Jeux vidéo & High-tech > Jeux vidéo > [Spécial 25 ans Zelda] Test de Skyward Sword

[Spécial 25 ans Zelda] Test de Skyward Sword

Ayant eu la chance de pouvoir me procurer un exemplaire du jeu quelques jours avant sa sortie officielle, je vous propose un petit test du nouveau Zelda sur Wii. Attention, ce texte peut comporter des spoilers, soyez donc prudents si vous ne voulez pas vous gâcher le plaisir de la découverte.

On pourra dire qu’on l’aura attendu ce Skyward Sword ! Confirmé sous la forme d’une simple image lors de l’E3 2009, ce Zelda est le premier épisode exclusif à la dernière console de salon de Nintendo. Après plusieurs années de développement, cette sortie tardive lui permet de bénéficier de toutes les capacités techniques que la Wii peut offrir en 2011 et notamment de l’accessoire Wii Motion Plus (qui améliore grandement la reconnaissance de mouvements). Mais trêve de bavardages, entrons directement dans le vif du sujet.


L’histoire s’ouvre sur le royaume de Skyloft, situé par-delà les nuages et inconnu du monde terrien, si ce n’est sous forme de légende. Les habitants de Skyloft vivent dans l’harmonie et la quiétude, sans vraiment se préoccuper de ce qu’il se passe en dessous des cieux. Nous retrouvons donc Zelda et Link adolescents qui se préparent à fêter l’événement annuel de leur peuple : la procession dédiée à leur déesse protectrice. Rien ne se déroulera comme prévu : Zelda disparait, happée par le « monde d’en bas » (où un certain Ghirahim fait son apparition et se dévoue corps et âme à essayer de kidnapper Zelda)  et Link va se retrouver en possession de l’épée « Skyward » dans laquelle se trouve Fi, sa nouvelle compagne avec laquelle il va s’aventurer dans cet univers inconnu afin de sauver son amie d’enfance.

Ce qui surprend dans cet épisode, dans le bon sens du terme, est l’univers graphique choisi par Nintendo : à la croisée de l’innocence du cel-shading de « The Wind Waker » et de l’univers sombre et réaliste de « Twilight Princess », « Skyward Sword » est tout simplement magnifique. La palette des couleurs utilisée rend un bel hommage aux capacités limitées de la Wii et arbore des tons pastels chatoyants du plus bel effet. Ce n’est pas de la HD mais, honnêtement, le titre n’a rien à envier à ses grands frères en 720p. Même si les personnages ne sont toujours pas doués de parole (un choix judicieux à mes yeux), leurs visages se montrent très expressifs et ils sont tout de même capables de quelques rires et autres onomatopées sonores.

Puisque j’évoque la partie audio du jeu, sachez que Koji Kondo et ses collaborateurs ont (enfin!) opté pour des musiques symphoniques. Cela se ressent et certaines mélodies comportent des envolées épiques qui vous trotteront dans la tête plusieurs heures après la fin de votre partie. Les bruitages et autres petites musiques traditionnelles (ouverture de coffres, découverte de secret, etc…) inhérentes à la série répondent aussi présentes à l’appel, pour le plus grand bonheur des aficionados.

Les fanas de l’univers de Zelda étaient d’ailleurs inquiets à la suite du passage de la saga au « tout gestuel », comprenez une maniabilité à la Wiimote obligatoire. N’ayez aucune crainte, le gameplay de ce nouvel opus est tout simplement parfait et le couple Wii Remote Plus/Nunchuk répond à la moindre de vos sollicitations. Toutes les actions s’effectuent naturellement et le début du jeu sert de tutoriel afin de s’approprier les commandes au plus vite. Il faut d’ailleurs noter que l’affichage des boutons à l’écran est proposé sous 3 formes différentes : normal (la Wiimote est présente en transparence sur la gauche), light (seuls les boutons principaux apparaissent) et professionnel (aucune indication visuelle). C’est une option que j’ai trouvée bienvenue, n’ayant pas envie d’avoir mon écran de jeu envahi de choses superflues à mes yeux. Link répond donc au doigt et à l’œil.

Chose intéressante, l’intelligence artificielle des ennemis a été grandement améliorée : ceux-ci réagissent maintenant en fonction de votre style de jeu et il ne suffit plus de passer en force pour les battre. Jouer des coups d’estoc et de taille mais aussi de la direction de vos coups se révèle essentiel afin de progresser.

Toujours pour rester dans le gameplay, le jeu incorpore désormais plus d’éléments de RPG qu’auparavant : on peut upgrader ses objets en les faisant forger (il faut payer et fournir des items récoltés ça et là). Des aller-retours seront nécessaires entre la terre ferme et le royaume de Skyloft afin d’effectuer ces mises à jour ou acheter des potions ou autres. Il est bon de noter que les déplacements dans les cieux se font sur le dos d’un majestueux oiseau rouge de la race des Loftwings. Ces phases de vol sont plutôt rapides et loin d’être rébarbatives et m’ont fait pousser un « ouf » de soulagement en ayant craint un instant de revivre le calvaire du bateau de « The Wind Waker »…

Nintendo a aussi jugé utile d’incorporer des jauges pour l’usure du bouclier, le stamina pour courir et effectuer l’attaque tournante de l’épée, etc… Je ne suis pas certain que ce soit la meilleure idée qu’ils aient eu mais il faut avouer que ça apporte une touche de stratégie aux combats et évite le « bourrinage » à l’ancienne.

Une dernière chose que je souhaite mettre en valeur : les nouveaux gadgets obtenus par Link au fil de l’aventure sont vraiment sympas. Mention spéciale au scarabée volant qui est une idée purement géniale ! Il permet de faire tout un tas d’actions impossibles dans les épisodes précédents : explorer les environs et ainsi repérer les éventuels pièges, tuer des ennemis à distance (vous vous rappellerez de ces lignes lors de votre passage dans le désert…), actionner des mécanismes hors de portée, etc…

Bref, après environ 19 heures de jeu, je suis plus qu’enchanté par ce Zelda. Il ne révolutionne pas la formule certes mais apporte un lot de nouveautés bienvenues ainsi qu’un style graphique exemplaire. Possesseurs de Wii en quête d’une grande et belle aventure, je vous invite donc à vous le procurer dès demain chez votre revendeur préféré.

En plus de la version standard, une édition collector est egalement disponible : pour une vingtaine d’euros supplémentaires, elle vous offre une Wiimote Plus aux couleurs de la série et un cd audio du concert anniversaire. Avouez que c’est une bien belle façon de célébrer les 25 ans de cette saga de légende…

Et en bonus, voici la séquence d’introduction en vidéo :

One thought on “[Spécial 25 ans Zelda] Test de Skyward Sword

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.