Home > Musique > Focus sur Kaya

Focus sur Kaya

N’ayant fait partie que de petits groupes jusque là, Kaya (connu sous le pseudonyme de Hime à l’époque) n’a que 20 ans environ lorsqu’il rencontre Hora durant un concert de VELVET EDEN (dont ce dernier est le claviériste). C’est alors que se forme le duo mythique…


Sous le nom de Rudolf Steiner sortent deux demo tapes, plantant déjà le décor de l’univers du groupe, noir et mélancolique. Musicalement, ils se démarquent en faisant de l’électro, style beaucoup trop délaissé dans le mouvement Visual Kei, autant à l’époque qu’actuellement. C’est en 2002 que le groupe signe sous le célèbre label Midi:Nette dirigé par Mana (ex. MALICE MIZER, Moi dix Mois) dont ils assureront les premières parties, en tant que Schwarz Stein. Ils se sépareront 2 ans plus tard, pour cause de « divergence musicale », après seulement deux albums et deux singles sortis.

En 2006, Kaya débute sa carrière solo. Son premier single « Kaleidoscope » n’est pas si étranger au style de Schwarz Stein qu’il en a l’air. Celui-ci fait désormais appel, toujours sur un fond d’électro, à des sonorités de véritables instruments, donnant alors à sa musique un côté beaucoup plus symphonique. C’est Kalm (ex. VELVET EDEN lui aussi) qui s’occupe de la composition de cette toute première sortie et qui restera pendant un moment son compositeur principal.

Côté voix, Kaya n’a rien perdu de sa puissance. Bien au contraire, il semble avoir troqué sa voix douce et mélancolique pour quelque chose de plus affirmé, plus dur qu’il ne gardera pas forcément pour les sorties suivantes; c’est ainsi que pour « Chocolat », c’est un ton beaucoup plus doux et joyeux qu’il utilisera.

Son premier album « Glitter » sort l’année suivante…

Si Kaya fait principalement dans l’électro, il ne manquera pas de vous surprendre en s’aventurant de temps à autres dans d’autres styles avec des morceaux tels que « Masquerade » aux tendances plutôt jazzy, « Ouka » aux sonorités traditionnelles, « Silvery Dark » ballade poignante au piano, « Kasha » au fond assez rock, son album « Bonjour! Chanson » composé de reprises de chansons françaises, ou encore son célèbre titre « Chocolat » aux sonorités bien différentes de la majorité de ses sorties.

C’est d’ailleurs avec cette chanson que Kaya marque un tournant dans sa carrière en 2008 : il passe major, et pour cette occasion, Hora reprend alors du service en s’occupant entièrement du single et redevient ainsi un de ses compositeurs principaux.

Un clip est alors tourné, accompagné d’un DVD « Salon de Chocolat » mettant pour la premières fois sur support, les performances scéniques de Kaya qui ne sont pas des moindres : mises en scènes (même à petits moyens), chorégraphies, costumes, et rires sont au rendez-vous !

Son premier album « Glitter » sera réédité la même année.

Quant aux paroles, Kaya semble maîtriser l’art de l’écriture comme il se doit : d’une mélancolie déchirante rappelant directement celles de Schwarz Stein, parlant souvent de détresse amoureuse (tel que « Perverse rendezvous »), il s’inspire parfois de personnages sombres ou au destin tragique (« Carmilla » d’après la nouvelle éponyme, « Ophelia » du personnage d’Ophélie dans Hamlet, etc.)

Mais cela n’est pas tout, étant un artiste dit de « Visual Kei », le côté visuel est donc bien sûr très accentué : il arbore toujours des costumes soignés. Que ce soit de longues robes élégantes de style « grande dame » ou des kimonos traditionnels, chacune des tenues est assortie avec le single ou l’album du moment.

C’est ainsi que nous le retrouvons en pirate pour « Awilda » ou en Marie Antoinette (version Kaya tout de même!) pour l’album « QUEEN ».

Côté projets, il n’en reste pas à sa carrière solo ; avec Hora par exemple, « Another Cell » avait été créé en 2006 avec la sortie d’un album en édition limitée. Ils ont également reformé Schwarz Stein pour une courte durée récemment, le temps d’un nouvel album et d’un DVD.

Il fit partie du célèbre projet Node of Scherzo au côté de Kamijo (ex. LAREINE, Versailles), Juka (ex. Moi dix Mois) et une partie du HIZAKI grace project.

Hizaki lui-même, composera d’ailleurs quelques titres tel que « Carmilla » ou le tout dernier single « Vampire Requiem », chansons très mélodiques et symphoniques où électro se mêle avec orgue et clavecin pour habiller de façon parfaite la voix de Kaya.

Actuellement, il participe à plusieurs projets en tant que membre de session dont on entend très peu parler, tel que Kaleidoscope.

En somme, Kaya est un artiste atypique et polyvalent. Il se définit d’ailleurs lui-même comme étant un kaléidoscope : une personnalité aux multiples couleurs qui ne cessera de nous étonner !

Article écrit par Kei, président du forum sur Kaya

http://Silvery-Kaya-fr.forumactif.org

Liens utiles

Site officiel: http://kaya-rose.com/pc/index.php
Twitter: http://twitter.com/Kaya_rose
Blog: http://ameblo.jp/kaya-rose/
Ses sorties sur CDJapan: http://www.cdjapan.co.jp/list_from_code_banner.html?key=305374
Ses sorties sur l’iTunes Store: http://itunes.apple.com/fr/artist/kaya/id498399950

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.