Home > Musique > D : live report

D : live report

Et voilà encore un article hautement confidentiel sorti des tiroirs poussiéreux de Zero Yen. Nous retrouvons cette fois notre chère Sakiyo  qui a visiblement eu du mal à se remettre de ses émotions avec les membres du groupe D et revient donc en détails sur cette soirée marseillaise inoubliable. 

Par chance, le soleil était au rendez-vous et l’attente devant les portes s’est faite de façon bon enfant. Cette année, le groupe a choisi de privilégier la proximité avec leurs fans. La salle, Le Poste à Galène, s’y prêtait plutôt bien, puisqu’elle bénéficie d’une scène relativement basse et d’une superficie plutôt réduite. Une centaine de personnes – peut-être un peu plus – attendait impatiemment l’ouverture des portes à 19h.

La tournée « D 2012 »  avait pour but de promouvoir la sortie de leur nouveau single « Dying Message », le 30 mai dernier. C’est donc vêtus de leur nouveau visuel que les musiciens se sont présentés au public.

Tous se sont prêtés admirablement, et ce avant le début du show, au jeu des questions/réponses dans une ambiance des plus conviviales. Nous n’en avons d’ailleurs pas perdu une miette et vous pourrez retrouver la totalité de cet échange à la fin de  notre article.

Le concert a débuté sur un remix instrumental de leur nouveau single. Les membres se sont alors présentés un à un sur scène. HIROKI, Tsunehito, Ruiza, HIDE-ZOU et ASAGI ont  fait leur entrée respectivement.

Comme vous le savez (ndlr : vous avez bien sûr lu notre excellente interview) pour cette tournée, D a fait le choix de demander l’avis des fans afin d’établir leur setlist (liste des chansons interprétées durant le concert) au préalable. C’est donc naturellement que le show a  commencé sur les chapeaux de roue avec le premier morceau de ce Top intitulé : « Der könig der dunkelheit ». Le groupe a immédiatement commencé à interagir avec le public et à jouer avec celui-ci. ASAGI adopte comme a son habitude, des postures élégantes et recherchées afin d’assumer son rôle de Vampire à 100%. Les musiciens se sont mis à tournoyer sur « In the name of justice », au son plutôt rock et enjoué. « Huang di ~ yami ni umareta mukui » aux sonorités instrumentales chinoises, acclamée par de puissants cris des fans,  a été pour la première fois chantée en Europe.

Sous les applaudissements, le groupe a enchaîné avec «Yami yori kurai dôkoku no a cappella jônetsu no aria », sortie en 2005 et bien connue des fans, notamment pour son a-capella du début : « My Dear rose. You are all of me in the world. In now, the past, and the future. I sing for you ». Une chanson interprétée en toute sincérité et sans superflu qui contraste avec la suivante « Hana Madoi » puisque le chanteur a utilisé un fouet tout le long de la chanson (ndlr : voilà qui devrait plaire à notre rédac’ chef !). Artifice utilisé de façon intelligente et sans excès pour exciter la foule. ASAGI a ensuite annoncé avec enthousiasme « Sleeper ! ». D considère aujourd’hui que cette chanson est « la chanson de l’Europe »; Les musiciens heureux de l’interpréter sur scène se sont déchaînés. Tsunehito et HIDE-ZOU jouant ensemble et ASAGI prenant Ruiza par les épaules avec  complicité. Les fans quant à eux, sautaient, dansaient et chantaient. Une belle union pour ce milieu de concert !

ASAGI, Ruiza, Tsunehito et HIDE-ZOU ont alors quitté la scène à tour de rôle en remerciant leur public, pour laisser le batteur seul sur scène. Dans le noir, il n’y eut aucun bruit dans la salle jusqu’à ce que les premières notes retentissent. HIROKI s’est alors engagé dans un solo  laissant la salle médusée. Le reste des musiciens, une fois de retour sur scène, ont enchainé avec « Desert Warrior ».

Ce dernier morceau annonçant ainsi la deuxième partie de soirée. Mais l’ambiance n’était pas retombée, bien au contraire ! Elle fut encore plus folle lorsqu’ASAGI se retourna pour emprunter des drapeaux posés sur scène. Signal d’alarme pour les fans puisque que la plupart d’entre eux ont déjà vécu l’expérience l’année dernière. « Please, take your flags! Do you have it? Take your flag! Or use your beautiful hands! » dit le leader du groupe. Rappelons que D a pour tradition de chanter « Night Ship « D » » en exécutant une chorégraphie avec des drapeaux rouges et noirs. Les plus assidus ont sorti leurs drapeaux en vente au stand de goodies.

Puis vint le moment tant attendu, quand  le groupe annonça « Dying Message » : LA CHANSON EXCLUSIVE de cette tournée. D a pris un malin plaisir à offrir ce cadeau à leur public.

Les premières notes instrumentales (initialement au piano) de « Torikago goten ~ L’oiseau Bleu ~ » ont retenti dans toute la salle. D variait  habilement d’un registre à l’autre. Cette dernière chanson faisant d’ailleurs apparaître les premières larmes sur les visages des fans. Des moments vraiment forts qui caractérisent bien leur amour inconditionnel pour le groupe . Le chanteur s’est alors approché de la foule en agitant ses bras en guise d’ailes tel un véritable oiseau. On devine que la chanson touche plus particulièrement les membres quand on sait qu’elle a été écrite au moment du Tsunami de 2011. Les fans plus que respectueux ont attendu la toute dernière note pour se faire entendre avec excitation.

Enchaînant avec « 7th Rose », chanson phare qui a célébré leur 7e anniversaire en 2010, et  « Guardian » seul titre de cette setlist non choisi par les fans mais « imposé » par D. Le titre a été considérablement rallongé, durant pas moins de 7 minutes inlassables.

Comme vous vous en doutez, il n’y a pas eu besoin de chauffeur de salle pour la demande d’un rappel puisque la tension des fans était vraiment à son maximum ! De ce fait, les membres du groupe n’ont pas vraiment tardé à revenir avec plein d’énergie en criant « Marseille ! Marseille ! ». La dernière chanson de cette date a donc été  « Tightrope ». Il était remarquable de voir que ni D ni le public ne laissaient entrevoir aucune once de fatigue. Ce dernier s’est d’ailleurs mis à sauter dans tous les sens.  Le groupe qui a  eu vraiment l’air d’apprécier l’ambiance de fin de concert, est resté sur scène à saluer les fans et à lancer les derniers médiators encore en leur possession. Une dernière façon de remercier les personnes présentes ce soir pour cette toute première date marseillaise.

Avec espoir, les fans se sont mis à scander un deuxième rappel mais les lumières se sont aussitôt rallumées afin de les en dissuader.

D nous a offert ce soir là, un véritable show d’une durée de 2h avec une énergie déconcertante et un professionnalisme remarquable ! Le groupe enchaîna le lendemain avec Toulouse puis avec une date parisienne, le 1er mai dernier. Cette année, ce n’était pas moins de 12 dates dans 9 pays différents dont l’Espagne et l’Italie. Nous leur souhaitons bonne chance et bon courage puisque un fois rentrés au Japon, ils devront effectuer  une tournée nationale dans leur pays d’origine avec cette fois-ci un nouveau thème.

 

Questions-réponses :

Parlez-nous de vos costumes ?
A : Notre visuel représente notre musique et surtout celle que nous allons vous présenter ce soir. Le thème est le futur.

Les membres de D sont souvent associés à un animal. Comment les avez-vous attribué et pourquoi ?
A : C’est en fonction du caractère de chacun des membres. 

HIROKI, pourquoi es-tu devenu batteur ?
H : Au lycée, j’étais guitariste. Puis j’ai arrêté pour mes études. Quand j’ai voulu reprendre la musique, un groupe cherchait un batteur. C’est donc tout naturellement que je me suis proposé.

Qui choisiriez-vous pour un duo ?
A : Tout le monde est le bienvenu !

HIDE-ZOU dans ton ancien groupe, tu chantais. Tu continues ? Pourquoi ne chantes-tu pas avec ASAGI ?
HZ : Je continue mais en privé. Sur scène, je préfère chanter derrière ASAGI, faire les chœurs pour rendre la chanson meilleure.

Quelles sont vos inspirations pour composer ?
A : Nous la cherchons dans le monde, les paysages, nos histoires au quotidien. La France nous inspire aussi.

Vous préférez un gros concert public ou une série de petits concerts privés ?
A : Les deux, du moment que nous sommes avec nos fans, nous sommes heureux !

Setlist :

– Der könig der dunkelheit
– In the name of justice
– Huang di ~ yami ni umareta mukui ~
<MC>
– Yami yori kurai doukoku no a cappella jounetsu no aria
– Hana madoi
– Sleeper
Drum Solo Session- Taiko no kiba
– Session (Desert warrior)
– Desert warrior
– Night~ship « D »
– Yami no kuni no Alice
– Dying message
– Torikago Goten ~ L’oiseau Bleu ~
– 7th rose ~ return to zero ~
– 7th rose
– Guardian
<ENCORE>
– Tightrope

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.