Home > Manga & Culture > Manga > Critique manga : Returners Vol. 1

Critique manga : Returners Vol. 1

Attiré par une couverture plutôt aguicheuse, je me suis plongé dans la lecture du premier tome de Returners, paru chez Tonkam. Impressions.

Synopsis

Il y a treize ans, une météorite s’est écrasée près de Tokyo libérant une brume rougeâtre dans laquelle se cache de terribles monstres. Après avoir fait de nombreuses victimes, ils disparurent.

Le monde a repris vie, mais aujourd’hui la sirène d’alarme du Remblai Spécial n°0 retentit, indiquant le retour des monstres. Heureusement, le monde a eu le temps de se préparer…

Avis (peut contenir des spoilers !)

Sorti au Japon sous le titre Returners – Aka no Kikansha (リターナーズ 〜赫の奇還者〜), ce seinen de Sakurako Gokurakuin s’étale sur 4 volumes.

Commençons par résumer l’histoire :  à la suite d’une catastrophe survenue aux environs de Tokyo (crash d’une météorite libérant des monstres débarqués avec elle) il y a 13 ans, le quartier d’Akaishi est bouclé et devient inhabitable.

Avance rapide vers le présent : Himuka Mutusumu, jeune fille aussi meurtrière que naïve, et Ibuya Nozomu, victime d’amnésie partielle, se retrouvent à faire le ménage dans le Remblai Spécial n°0 (le fameux secteur protégé et inaccessible à la population). Tous deux choisis pour leurs prédispositions au combat, ils devront y affronter des Pledges (appelés Gated lorsqu’ils évoluent dans cette zone), ennemis qui ont prêté serment au mystérieux Roi Rouge.

Dès les premières pages, on comprend tout de suite que l’auteur (qui, étonnamment, est une femme !) va nous faire profiter d’un fan service sympathique et récurrent. Tous les ingrédients sont présents : héroïne aux gros seins, petite culotte bien en vue lors des sauts et vêtements victimes du syndrome High School of the Dead (ou Ikki Tousen si vous êtes allergiques aux zombies). Comprenez par là que son uniforme d’écolière vole en éclat au moindre coup de l’ennemi. Quoi ? On me dit dans l’oreillette que ce n’est pas normal de finir topless en plein combat acharné contre le mal ? Ah, vous brisez mes rêves chers lecteurs…

Les Pledges, sous leur forme humaine, apparaissent dans le plus simple appareil. Les big boobs répondant encore à l’appel, bien entendu ! Ah oui, j’ai omis de vous préciser que ces bestioles ont la capacité de se transformer en femme, leur forme initiale ressemblant à un mélange de lézards géants et des Players du Zetman de Masakazu Katsura. Toujours avec les nénés à l’air, cela va de soi !

S’ensuit donc une série de bastons avec un Ibuya qui vomit sous la pression (non, non, ce n’est pas Junta de DNA² !) et ne fantasme qu’à prendre du bon temps avec sa partenaire qui n’a pas l’air d’être du même avis (Himuka avoue avoir appris ce que « c’est » à l’école. Entre nous, c’est pas gagné !). Pas très original tout ça mais néanmoins, le volume s’avère sympathique et contient suffisamment d’action pour se laisser lire jusqu’au bout.

Le chara design est plutôt pas mal dans l’ensemble. Avouons que la mangaka est plus douée pour dessiner les courbes affolantes des demoiselles (presque) nues que pour le design de ses monstres. On en vient même à se demander si ce n’est pas intentionnel de sa part, la petite coquine ! Le découpage est lui aussi correct, quoique brouillon par moments, avec pas mal de gros plans et de pleines pages lors des affrontements.

Non, en fait, le gros point faible de Returners, c’est son scénario. Les tenants et aboutissants sont trop peu expliqués et évoqués de façon très approximative. Du coup, on ne sait pas trop où souhaite nous entrainer l’auteur. Les quelques pages titrées Office du Tourisme d’Akaishi essaient tant bien que mal d’apporter plus de détails entre les chapitres. Las, je dois admettre que certaines indications m’ont plus perdu qu’autre chose.

Bref, qu’en conclure au final ? Je dirais que ce manga a un certain potentiel fantastique/action mais qu’il est largement sous exploité à la lecture du premier tome. Bien que mon avis soit mitigé, je vous invite à y jeter un œil, ne serait-ce que pour apprécier le fan service de Sakurako Gokurakuin qui fait bien son boulot dans ce domaine.

Acheter le volume 1 de Returners chez notre partenaire Amazon.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.