Home > Zero Yen > Interviews > Interview : miwa

Interview : miwa

Le 30 août dernier à Paris, j’ai eu le privilège de rencontrer la chanteuse et auteur-compositeur miwa, accompagnée de 2 lycéens de l’école OCDE du Tohoku afin de s’entretenir sur la mise en place de l’événement Tohoku-wa la renaissance.

miwa_paris_04_OK

Zero Yen (ZY) : Bonjour miwa, c’est un grand plaisir d’être en ta compagnie aujourd’hui. Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

miwa : À quinze ans, j’ai commencé la guitare. C’est à cette époque que j’ai écrit mes premières compositions. À 17 ans, j’ai réservé des petites salles de concert (note de Ghis : ce que l’on appelle livehouse au Japon) et fait quelques live. Mais c’est à 19 ans que j’ai fait mes véritables débuts avec une chanson pour un drama qui s’appelait NAKANAI TO KIMETA HI (泣かないと決めた日, Le jour où j’ai décidé d’arrêter de pleurer).

ZY : Sur ton deuxième album guitarium, il y a une chanson qui s’appelle Clair de lune. Comment t’es venue l’idée d’utiliser un titre en français et de quoi parle ce morceau ?

miwa : Cette chanson était la chanson principale d’un jeu Sega, KAITOU R (Le Voleur R). Dans ce jeu vidéo, des œuvres d’art de musées parisiens comme le Louvre sont dérobées par un voleur.

ZY : Est-ce que le titre Clair de lune était celui d’un des tableaux apparaissant dans le jeu ?

miwa : Non, je voulais lui donner le titre japonais TSUKI NO HIKARI mais profitant du fait que l’intrigue se déroulait à Paris, j’ai traduit le titre en français.

miwa_paris_03_OK

ZY : C’était ton premier concert en France aujourd’hui. Comment as-tu trouvé le public français par rapport au public japonais (sachant que la majorité des spectateurs de ce matin ne comprennent pas le japonais) ?

miwa : Je fais partie des artistes qui chantent en jouant de la guitare. Je pense que jouer de cet instrument et chanter apporte du plaisir au public dans le monde entier. De plus, comme la chanson CHANGE est extraite du dessin animé Bleach, certains spectateurs la connaissaient et chantaient sur ces paroles. J’étais vraiment très heureuse !

ZY : Parlons maintenant de l’événement Tohoku-wa la renaissance, était-ce important pour toi d’y participer ? Avait-il une signification particulière pour toi ?

miwa : Les élèves de l’école OCDE* du Tohoku m’ont demandé de participer à cet événement et d’en écrire la chanson thème et comme c’était un honneur pour moi, j’ai accepté et composé ce titre inédit. Aujourd’hui devant la Tour Eiffel à Paris, c’était la première fois que je la chantais et avoir pu le faire tous ensemble avec le public représente un véritable aboutissement pour moi.

J’ai appelé ce morceau KIBOU NO WA (L’harmonie de l’espoir). Certes, c’était à petite échelle mais je voulais chanter et transmettre un message aux gens du monde entier : pour tous les jeunes de cette génération qui est presque la mienne et qui sont originaires de cette région du Tohoku, il fallait aller de l’avant et garder espoir en l’avenir.

* l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques est une structure internationale d’études économiques dont le Japon est un pays membre depuis 1964.

miwa_paris_02_OK

ZY : Peux-tu nous expliquer comment s’est passée ta collaboration avec les enfants ?

Lycéens : Lorsque nous avons demandé à miwa de nous écrire cette chanson, nous avons commencé par coucher sur papier tout ce que l’on ressentait, ce à quoi on pensait, notre vécu de la catastrophe ainsi que les phrases que l’on voulait qu’elle intègre au morceau et nous lui avons remis. C’est à partir de cela que miwa a écrit ce titre pour nous.

ZY : Est-ce que les élèves et toi avez eu le temps de visiter Paris depuis votre arrivée ?

Tous : Non, pas pour le moment mais il est prévu que nous prenions le bateau-mouche dans un petit instant.

miwa : En ce qui me concerne, j’ai donné hier un mini live sur la place de la Mairie de Paris afin de promouvoir notre événement d’aujourd’hui au Champ-de-Mars. Personne n’était au courant là-bas mais cela s’est très bien passé et c’était magnifique ! Je n’ai pas arrêté de faire le va-et-vient pour en parler autour de moi mais les gens ont été très réceptifs.

ZY : Est-ce que tu aimes la nourriture française ? As-tu eu l’occasion de goûter des plats typiques de notre pays ?

Lycéen : Les croissants étaient délicieux, ceux de l’hôtel.

Lycéenne : Oui, pour moi aussi mais j’ai trouvé le fromage excellent.

miwa : Le restaurant de la veille était délicieux. J’ai pu y déguster une escalope de veau avec une sauce aux champignons.

miwa_paris_01_OK

Merci à tous de m’avoir accordé cette interview, l’équipe de Zero Yen vous souhaite toute la réussite que vous méritez pour votre projet.

Interview réalisée par Ghis (un grand merci à Ibu pour son aide à la traduction)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.