Home > Manga & Culture > Manga > Critique manga : Fate/Zero tome 5

Critique manga : Fate/Zero tome 5

La guerre du Saint Graal est en stand-by par la faute de Caster et de son maître qui en menacent le bon déroulement par leurs agissements. Le précédent volume laissait le lecteur aux prémices d’une bataille âpre, nous promettant un tome 5 riche en action. Le pari est-il donc réussi ?

Scénario : Gen Urobuchi / Type – Moon

Dessin : Shinjirô

Genre : Action, Aventure, Fantastique

Catégorie : Seinen

Éditeur : Ototo

Éditeur Japonais : Kadokawa

Date de sortie : 09 octobre 2014

Nombre de tome V.O. : 9 (série en cours)

 

Dès les premières pages, nous retrouvons notre duo de chevaliers face à un Caster de plus en plus incontrôlable. Ce dernier ne cessant de faire apparaître beaucoup de créatures sordides afin de fatiguer ses adversaires. Cependant, les actions du magicien peinent à surprendre Lancer et Saber qui, nouvellement alliés, repoussent de plus en plus leur ennemi. L’action se suit très bien au fil des différentes pages comme lors des tomes précédents. L’auteur réussi avec brio à retranscrire le rythme des coups dans cet affrontement, ce qui le rend plaisant et facile à lire.

Pendant que les deux servants s’unissent, le maître de Lancer tente de profiter du chaos de cet affrontement pour s’en prendre directement à Kiritsugu. S’ensuit alors un duel mortel entre les mages, le premier de la guerre du Saint Graal. C’est l’occasion pour l’auteur de nous en dévoiler un peu plus sur les habilités de chacun, notamment celles du maître de Saber qui restait dans l’ombre depuis le début de la bataille. On en apprend ainsi bien plus sur ses capacités de combat et ses atouts, qui ne sont pas des moindres, faisant ainsi de lui un challenger redoutable.

La « fête » se complète avec Kotomine Kirei qui fait lui aussi son entrée dans la lutte, profitant par la même occasion des différents assauts pour aller à la rencontre de Kiritsugu qui l’intrigue depuis le début. Celui-ci met en avant ses techniques redoutables de tueur de mage face à Iris et Maiya, désirant empêcher cette rencontre. C’est d’ailleurs l’opportunité d’en montrer un peu plus sur les motivations de ces dernières et aussi de révéler un secret surprenant par rapport à Irisviel.

Caster, quant à lui, bat en retraite suite aux attaques qu’il subit. Les différentes confrontations en parallèle sont également stoppées, laissant ainsi leurs issues incertaines. La fin du tome permet aussi de lever le voile sur le passé de Lancer et nous en dit un peu plus sur ses motivations et sur son côté chevaleresque.

En conclusion, on est en présence d’un tome très orienté action, qui ne retombe qu’en toute fin de volume. Et bien que celle-ci soit légèrement entravée par de nombreuses explications et flash-backs, il se laisse lire avec plaisir, grâce à des dessins toujours aussi soignés. Comme le laissait pressentir le numéro précédent, l’affrontement contre le servant Caster se veut long et délicat, tant celui-ci a montré sa résistance. Ce qui fait réellement de lui un ennemi de poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.