Home > Manga & Culture > Manga > Critique manga : Sword Art Online (tomes 1 et 2)

Critique manga : Sword Art Online (tomes 1 et 2)

Si vous êtes fan de jeu en ligne et d’animation japonaise, vous n’êtes sans doute pas passé à côté du phénomène Sword Art Online.

Cette série en 24 épisodes adaptée de romans a beaucoup fait parler d’elle lors de sa diffusion. Il n’est donc pas surprenant qu’Ototo sorte le manga du même nom.

sword-art-on-line-aincrad-1-ototosword-art-on-line-aincrad-2-ototo

  • Titre VO: ソードアート・オンライン アインクラッド
  • Titre traduit: Sword Art Online – Aincrad
  • Dessin :: NAKAMURA Tamako
  • Scénario :: KAWAHARA Reki
  • Éditeur VF: Ototo Manga
  • Type: Shonen
  • Genre: Fantastique, Aventure
  • Éditeur VO: ASCII – Mediaworks
  • Tome V.O. : 2 (terminé)
  • Date de publication: 13 novembre 2014

L’action prend place en 2022 dans l’Aincrad, un monde virtuel parfait créé de toutes pièces par le célèbre Akihito Kayaba. La connexion à ce jeu révolutionnaire se fait grâce au « Nerve Gear », un casque permettant à son utilisateur de lui fournir toutes les sensations visuelles, auditives, gustatives, etc. à son porteur. Kazuto Kirigaya, un jeune collégien, fait partie des bêta testeurs de ce nouveau jeu VRMMORPG (Virtual Reality Massively Multiplayer Online Role Playing Game) appelé « Sword Art Online ». Malheureusement, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu pour les 10 000 joueurs connectés…

En effet, le concepteur du jeu leur apprend rapidement que tout Game Over sera définitif, le joueur trouvant réellement la mort si ses points de vie arrivent à zéro. La seule solution pour eux de s’échapper de la forteresse géante est de franchir les différents paliers qui la composent en tuant un par un tous les boss à la fin de chaque niveau. Bien évidemment, Kabaya prend également soin de préciser que la déconnexion est impossible, aussi bien pour les joueurs via leur menu que par une tierce personne extérieure : celle-ci entraînant la mort instantanée du porteur lors du retrait de son casque d’immersion.

On suit à travers le récit l’histoire de deux personnages principaux, Kazuto, jouant sous le pseudonyme de « Kirito » en tant que joueur solo et Asuna, une jeune joueuse qui a peu à peu forgé son caractère et sa force dans le jeu. Le manga reprend les grandes lignes de cet arc adapté en 13 épisodes dans l’anime. Si on retrouve la force de l’univers de SAO et les petits clins d’œil aux caractéristiques des MMO en général, on ne peut s’empêcher d’être déçu au fil de la lecture.

Tout d’abord, le dessin en surprendra certainement quelques-uns par son manque de régularité : Kirito et les autres sont certes reconnaissables mais ils sont bien loin du rendu de leurs homologues en animation. L’autre problème de cette adaptation est son nombre de tomes qui fait subir à l’histoire pas mal de petits changements. Le lecteur connaissant l’anime trouvera que tout va vite, bien trop vite; alors que c’était déjà le cas dans ce dernier. Les événements s’enchaînent rapidement et ne laissent que peu de place à la profondeur des protagonistes. Asuna perd également beaucoup en charisme par rapport à la version animée et cela est très dommage tant celle-ci est un des personnages féminins les plus appréciés au Japon.

Sword-art-online-T.I-2

Le lecteur lambda ne connaissant pas l’adaptation auquel le manga se réfère risque lui aussi d’être quelque peu surpris par la rapidité des événements, même si tous les rebondissements ayant fait le succès de l’anime sont présents. Seule l’originalité de l’univers, l’aspect jeu de survie et les petites références aux joueurs de MMO lui parleront.

En conclusion, on est en présence d’une adaptation manga de Sword Art Online très fade car, même si l’essentiel est là, on ne peut s’empêcher de ressentir un bâclage dans le traitement à cause du format choisi (2 tomes). Les fans de l’anime n’y trouveront assurément pas leur compte et conseilleront sûrement de se limiter à ce dernier, voire au roman devant sortir très prochainement chez nous.

NB : la critique a été faite après le visionnage de l’anime afin de garantir le plus d’objectivité possible lors de la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.