Home > Manga & Culture > Manga > Critique manga : Fate/Zero tome 7

Critique manga : Fate/Zero tome 7

Le sanguinaire Caster et son maître Ryunosuke sont à l’honneur sur la couverture de ce tome 7 de Fate/Zero et pas pour n’importe quelle raison.

Fate_Zero_tome_07_OtotoScénario : Gen Urobuchi / Type – Moon

Dessin : Shinjirô

Genre : Action, Aventure, Fantastique

Catégorie : Seinen

Éditeur : Ototo

Éditeur Japonais : Kadokawa

Date de sortie : 23 avril 2015

Nombre de tomes V.O. : 9 (série en cours)

 

Contrairement à ce qu’on aurait pu s’attendre après les événements précédents, suite au « banquet des rois », ce nouveau volume s’attarde grandement sur les personnages et plus précisément sur les duos maître/servant. Tout cela afin de permettre au lecteur de cerner un peu mieux leurs désirs et leurs personnalités, ce qui n’est sûrement pas un mal tant cela permet de leur donner encore plus de profondeur.

Tout d’abord, on apprend pas mal de chose sur la stratégie que compte adopter Kiritsugu sur la suite des événements de la guerre. Shinjirô s’attarde énormément sur son analyse, permettant ainsi au lecteur d’avoir une vision globale de la situation de la trame (au cas où celui-ci serait un peu perdu).

Passée cette introduction « tactique », on se retrouve replongé dans le sujet où on découvre Caster et son maître très remontés suite à la mise à sac de leur repaire par Rider. Le voile est un peu plus levé sur le passé du magicien ainsi que sur la vision de la vie très particulière de son maître. De leur côté, Irisviel et Saber décident avec Maiya de suivre les ordres de Kiritsugu et de déménager dans un endroit stratégique. C’est aussi l’occasion pour Iri de révéler sa véritable nature et son rôle très important dans cette bataille pour obtenir la victoire.

Fate_Zero_tome_07_Ototo_01

L’auteur s’attarde aussi sur les rapports entre le Roi des conquérants et Waver son maître, ce moment restant pour le moins des plus touchant et intéressant. En effet, le lien entre eux se renforce encore en montrant au lecteur combien les deux hommes s’admirent l’un l’autre tout en ayant cette touche comique qui les caractérise.

Mais ce qui intriguera le plus dans ce volume, c’est de loin la discussion entre Kirei Kotomine et Archer qui met en place des choses qui vont s’avérer certainement d’une importance capitale dans la suite des affrontements. Le servant cherchant en effet à sonder les véritables désirs du jeune prêtre pour l’amener à réfléchir sur ses derniers. Mais cela, tout en cachant semblerait-il, ses intentions premières à son interlocuteur, ce qui en fait sûrement le personnage le plus imprévisible de cette bataille.

C’est suite à toutes ces différentes discussions et révélations que le tome se termine sur un Caster invoquant une créature immense sur la baie de la ville de Fuyuki. Le but de cette dernière est simple : exterminer les habitants par vengeance. Lancer quitte alors la compagne de Kayneth, Sola Ui devenue son maître pour s’allier avec Rider et Saber, afin d’exterminer une bonne fois pour toute le servant sanguinaire. C’est sur cet assaut combiné que se conclut ce nouveau volume qui, malgré son côté calme, ne nous ennuie pas une seule seconde tant le rythme est bien maîtrisé par son auteur. Tout cela nous laisse présager d’une suite bien plus orientée sur l’action…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.